Allez, un petit exercice d'école sur un sujet qui nous intéresse tous : les communautés de pratiques. L'exercice d'école : je m'essaie à la traduction.  Sur Anecdote, un billet sur vital behaviours for communities of practices.

Beaucoup de bon sens :

- Quand une question est posée par un membre, il doit recevoir une réponse (When someone asks a question members provide answers. No one is left hanging)

- Avant de poser une question, il faut faire l'effort de chercher par soi même (Before you ask a question you put some effort finding the answer and in doing so respect the everyone's time)

- Un animateur de communauté doit façonner et améliorer, constamment, sa communauté (community leaders meet regularly to shape and improve the community)

- Les membres doivent se constituer en petits groupes pour créer des choses (de la richesse - des objets ?) qui apportent de la valeur à eux-même et à la comunauté (community members band together in small groups to create things that are valuable to themselves and the entire community)

Ces règles sont vraies mais dépendent aussi des orientations de la communauté.

Est-ce une communauté orientée vers la rencontre entre les participants (meeting - dans le sens de rencontre/réunion de travail je pense), ou vers la réussite de projets en cours ou à définir (projects), ou être une place d'expertises (access to expertise), ou de relations sociales (relationships - est-ce une bonne traduction ?), ou pour répondre aux besoins lié aux contexte (context - dans le sens besoin contextuel ? A rapprocher d'une communauté de projet ?), ou spécifiquement lié à l'animation de la communauté (community cultivation - pas sure du tout ?), participation individuelle (individual participation), publication de contenu (content publishing), ou alors des conversation ouverte ou fermée (open-ended conversation)

A discuter, autant pour le contenu que pour la traduction