Initialement publié ici


A la suite de cet article, je me pose la question de la différence entre collaboratif et participatif.

On connait la distinction entre coopératif et collaboratif. l'un est successif : c'est la main gauche qui ignore ce que fait la main droite ! Mais les deux concourent à un résultat dont elles sont dépossédés. Je ne critique pas pour autant ce mode-là. Il est utile dans certains contextes et à l'école, il est aussi un mode d'apprentissage. C'est le mode projet par excellence.

Le collaboratif, c'est tout le monde fait tout et s'enrichit mutuellement. C'est l'apprentissage socio-cognitif par excellence, car il y a conflit, négociation avec les pairs etc. Le mot central est bien pair et la phrase slogan "on n'apprend tout seul mais jamais sans les autres" (citation de mémoire - l'auteur est Philippe Carré il me semble). Nous ne sommes plus dans du successif mais dans l'ellipse. Toujours revenir au départ et enrichir encore ce qui a déjà été vu. C'est la communauté de pratique !

Si coopératif et collaboratif viennent du monde de l'entreprise et de l'éducation (mais qui de la poule ou l'oeuf... ?) le participatif vient d'un autre monde, celui de la politique et des collectivités locales. Dans certaines commune, et cela tend à être imité désormais partout, c'est la volonté de mieux associé les citoyens aux décisions et de les rendre acteurs d'une part de la viue de la Cité. C'est les conseils de quartier que la loi consacre désormais, mais aussi les conseils des anciens et pas mal d'autres initiatives. Pour plus d'information, je vous conseille l'ADELS, sa revue territoire et le livre sur la démocratie participative.

La démocratie participative s'est aussi développé sur le terreau du web. Forum non modérés, expression des associations etc. ont été des actions voulues et encouragées par des communes, et des maires éclairés. C'est surtout dans l'Ouest (la roche /yon, Niort), et surtout des communes de gauche (mais pas seulement) que ces expériences se sont développées.

Bien sur le vocable se trouve à son apogée lors de la campagne présidentielle de Ségolène Royale puisqu'il en est le cœur, mais c'est quand même un mouvement qui a une bonne quinzaine d'année.

La démocratie participative serait donc le pendant actif de la démocratie représentative qu'elle n'entend pas remplacer mais enrichir.

Je pense que le collaboratif est quelque chose de facilement admis dans les organisations car, finalement, il ne remet rien en cause et surtout pas les processus de décision et finalement le mode de gouvernance des organisations. Le contexte dans lequel il s'élabore n'est pas fixé par les individus mais par la hiérarchie. En ce sens les communautés de pratique en sont un exemple avec souvent comme parrain, un haut cadre. C'est dans le cadre que se développe la collaboration.

A mon avis le participatif est beaucoup plus subversif car s'il demande échange, interaction comme le collaboratif, il demande aussi que les personnes qui participe définissent au préalable LEUR cadre. Et à ce jeux les hiérarchies sont sur le même pieds que les simples soldats, même si au final les décisions seront prises par elles.

Et je crois que cela change tout !

Le participatif englobe le collaboratif et remet l'individu au centre de tout, notamment en posant comme préalable son intelligence et sa liberté absolue. Ce n'est pas de l'anarchie car il y a toujours un processus de décision et des décisions qui sont prises et elles le sont par un leader. Mais ces décisions ont un sens.

Le coopératif, c'est la suite mathématique, le collaboratif c'est l'enrichissement par les pairs, le particpatif, c'est la négociation collective du cadre, du contexte. A mon avis !