Les français viennent de battre les Néo-Z... Bon, d'accord, je vais sûrement proférer un tas de banalités, mais voilà les quelques réflexions que cet évènement m'inspire...

D'abord, une petite précision : je n'aurais pas parié un kopec (alors un euro, pensez-donc) sur les chances françaises... même si, quelque part au fond de moi, je rêvais, comme tout le monde, de revivre la 1/2 de 1999 (que j'avais vécue devant une télé quelque part du côté de Cape Town, Afrique du Sud)

Et voilà que l'histoire se répète... 10 points de retard à la mi-temps et une deuxième de folie pour un succès inespéré.
Alors, quel rapport avec la choucroute ?

Eh bien voilà :

  • Quand on veut, on peut !
  • La hiérarchie établie est faite pour être remise en cause
  • Ce n'est pas toujours le plus fort a priori qui gagne...
  • Parfois on trouve l'ouverture là où on pensait qu'il n'y en a pas et rien n'est jamais perdu d'avance.
  • Et un dernier pour la route : 1+1 = ... Beaucoup plus que 2 !

Quand on travaille, comme Charlotte, dans une entreprise 1.0, cela fait quand même plaisir de voir que même si on n'a pas toutes les cartes en main, on peut quand même faire bouger les choses.